Plume de poète
Plume de poète
Bienvenue sur mon blog, je suis Nathalie Cali, dans les recoins tranquilles de mon quotidien, j'explore l'art de tisser des mots en poèmes et histoires pour enfants, chaque texte que je partage sur unpoeme.fr est un fragment de mon imagination, conçu pour éveiller la curiosité et l'enthousiasme des jeunes esprits, qand je n'écris pas, je me plonge dans le monde des livres, toujours à la recherche d'inspiration. Rejoignez-moi dans cette aventure littéraire, où chaque histoire est une fenêtre ouverte sur un univers de rêves et de découvertes.
Article précédent
Article suivant

La Légende de la Forêt des Lucioles

Plongez dans l’émotion intense du ‘Tombeau des lucioles’ avec ‘La Légende de la Forêt des Lucioles’. Ce poème aborde les thèmes de la guerre, de la survie et des liens fraternels dans une narration poignante, racontant l’histoire touchante de deux enfants dans le Japon de la Seconde Guerre mondiale.

Dès le crépuscule naissant, dans l’étreinte d’un silence rompu,
Une légende murmure au vent, ancienne et pourtant toujours vécue.
Dans la douleur des ombres et l’éclat des feux,
Se joue un récit, grandiose et mélodieux.

Il était une fois, sous l’éclat d’un ciel autrefois bleu,
Une forêt de lucioles, éclipsée par le rugissement des jeux guerriers,
Où la lueur de l’innocence s’éteignait peu à peu,
Dans le silence assourdissant de l’univers entier.

Là, dans ce décor où la nature pleurait ses enfants perdus,
Deux âmes vagabondes cherchaient, devant l’adversité, à rester intègres.
Un frère et une sœur, liés par le destin, cruels et intrus,
Dansaient dans les ténèbres, portant un monde de secrets et de régressions amères.

Seita, le protecteur, porteur des espoirs de Setsuko, la lumière,
Avançait, un pas après l’autre, dans cette apocalypse suspendue.
L’émanation de leur amour fraternel, vrai phare dans l’enfer,
Était un chant, un serment de survie à la mort déjà entendue.

Mais que faire quand la faim tord les ventres et que les larmes assèchent les yeux ?
Quand chaque jour est un duel, quand chaque nuit efface le ciel étoilé ?
Le Tombeau des lucioles devient alors le sanctuaire silencieux,
De ceux qui, en dépit du désespoir, ont ensemble continué de rêver.

Dans leur monde brisé, où chaque seconde était une éternité,
Ils trouvèrent un refuge éphémère, un instant de pureté.
La forêt pour eux se peuplait d’incandescences fugitives,
Des mirages de bonheur dans leurs existences récitives.

Ah, ces illuminations nocturnes, ballet d’âmes libres,
Devaient-elles s’évanouir au matin, telles des étoiles filantes, tristes ?
Le cœur encerclé par les affres de la guerre et de son trépas,
Seita et Setsuko savaient que vivre était un combat.

Pourtant, dans l’éclat de ces créatures d’or, antithèses de l’orage,
Ils perçurent l’essence même de leur voyage :
Qu’un fil d’amour, un seul, peut illuminer les abysses de douleur,
Que, même dans la pire des tragédies, vieillit une graine de bonheur.

Au-delà des champs de désolation, sous les cieux de cendres,
Cette légende de lumière continue de se répandre.
Le Tombeau des lucioles, chronique éternelle de rêves enfouis,
Montre que même face à la destruction, l’espoir ne meurt point, infini.

Ainsi se termine cette narration, épopée d’un frère et d’une sœur,
Dans l’obscurité la plus profonde, leur amour demeure un cœur.
La Légende de la Forêt des Lucioles, empreint de leurs pas,
Est la preuve que dans chaque tragédie, il y a toujours une voix.

Et si, dans un futur lointain, ces mots parviennent jusqu’à vous,
Souvenez-vous de l’héritage des âmes si douces.
À travers le voile de l’oubli, que leurs éclats vous enseignent,
Que l’amour, seul, traverse le temps, et à jamais, étreint.

Finalement, dans ce poème de guerre et de survie,
La légende murmure encore, portant les échos des vies.
Prenez garde aux feux-follets, aux lucioles guides dans la nuit,
Car c’est là, dans « Le Tombeau des lucioles », que repose le prix ultime : l’essence de la vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici