Plume de poète
Plume de poète
Bienvenue sur mon blog, je suis Nathalie Cali, dans les recoins tranquilles de mon quotidien, j'explore l'art de tisser des mots en poèmes et histoires pour enfants, chaque texte que je partage sur unpoeme.fr est un fragment de mon imagination, conçu pour éveiller la curiosité et l'enthousiasme des jeunes esprits, qand je n'écris pas, je me plonge dans le monde des livres, toujours à la recherche d'inspiration. Rejoignez-moi dans cette aventure littéraire, où chaque histoire est une fenêtre ouverte sur un univers de rêves et de découvertes.
Article précédent
Article suivant

Le Chant de Mononoke

Vivez l’aventure épique de la ‘Princesse Mononoke’ avec ‘Le Chant de Mononoke’. Ce poème explore la relation complexe entre la nature, l’humanité et le monde spirituel, racontant l’histoire de conflit et d’harmonie dans un récit lyrique captivant.

Dans l’aube de temps suspendue, où l’humanité et mystère se fondent,
Là où murmurent les voix de la forêt, intemporelle et profonde.
S’éveille une épopée, un souffle d’anciennes légendes,
Le chant de Mononoke, où bataillent ferveur et demande.

Sous le voile d’émeraude et d’ébène de ces bois ancestraux,
Réside une princesse, gardienne de l’équilibre, flamme au cœur de l’eau.
Avec l’âme d’un esprit, la force de la nature en elle résidant,
Mononoke, entre les ombres, danse avec le vent.

Son combat est celui de la terre, pulsation vive et forte,
Contre le fer des hommes, dans leur quête aveugle et fausse.
Elle défend la majesté de ce tout, ce cycle infini,
Où la vie, même foulée, caressée par la mort, fleurit.

Les bois résonnent de l’appel des esprits ancestraux,
Témoins muets d’un monde nimbé de mystères et de fléaux.
Mais lumière aussi, là où fougères et rivières parlent,
Dans le silence, elles tissent entre ombres, un arc.

L’âme de la forêt, pulsant en son coeur énigmatique,
Affronte Éboshi, âme d’acier, vision antipathique.
Entre ces forces, l’humanité, aux multiples visages,
Se perd, se découvre, tiraillée entre ses divers âges.

Dans ce conflit, unité et dechirement profond,
Se dévoile un chemin, étroit, parsemé l’emprunt.
Un voyageur, Ashitaka, par le destin amené,
À traverser ce monde, par la malédiction touché.

Sa quête, un fil fragile, tendu entre cœur et raison,
Cherchant harmonie, là où semble régner confusion.
À ses côtés, Mononoke, farouche et indomptable écho,
Ensemble, en quête d’une paix, déchirant le voile des mots.

Car en chaque être bat le cœur de la terre, unique et multiple,
Un réseau de vie, d’histoire, tissé de liens invisibles.
Et le combat de Mononoke n’est pas contre l’homme, mais pour,
L’éveil, la reconnaissance d’un monde intérieur, d’un amour.

Le chant de la forêt, profond, résonne au-delà des ages,
Porteur d’espoirs, de peurs, de sagesse et de rage.
Il nous parle d’équilibre, de respect et de partage,
De la beauté du monde, au-delà des orages.

Ainsi se tisse le récit de Princesse Mononoke,
Entre les brumes d’un temps oublié et nos réalités.
Un appel à écouter, à voir au-delà des apparences,
À embrasser la vie, dans toute son immensité, son essence.

Car dans chaque fin réside un début, une promesse,
Dans chaque destruction, la possibilité de sagesse.
Le chant de Mononoke nous invite à percevoir,
Que chaque choix façonne notre histoire, notre devoir.

Alors que le rideau tombe sur ce monde ancien et sauvage,
Reste la musique, écho lointain de ce voyage.
Une mélodie portant l’espoir, vibrant avec l’univers,
Que l’harmonie peut naître, même de la poussière des vers.

Que ce chant inspire, ravive la flamme d’espoir en nos coeurs,
Pour un monde où l’homme et la nature ne sont qu’un, en bonheur.
Que le souvenir de Mononoke et son esprit indompté,
Guide nos pas, nos rêves, vers un avenir illuminé.

Ce récit, bien plus qu’une légende passée,
Est un miroir de notre monde, un appel à l’humanité.
À ne pas oublier, dans la course effrénée de nos jours,
Que notre survie et notre éclat dépendent de l’amour.

Ainsi s’achève le chant de Mononoke, doux et puissant,
Ode à la vie, à l’amour, et à tout ce qui est vivant.
Que ces mots voyagent, portés par les ailes du vent,
Et trouvent refuge dans les coeurs, éternellement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici